La méthode TRE® de David Berceli

Un outil innovant et solidaire qui permet, en sécurité, de se remettre d’un trauma, d’un stress extrême ou chronique, par soi-même, ou collectivement. Pour une fois, des collectivités (villages ou autres) du tiers monde souffrant de guerres ou de catastrophes naturelles en ont bénéficié avant d’arriver chez nous dans nos contrées occidentales.


La TRE® créée par David Berceli (1) s’inscrit dans ce courant récent de la traumatologie et de ses recherches croisées et multidisciplinaires (y inclus la neurobiologie). Ce courant met en lumière le nouveau paradigme dans le traitement des traumas, à savoir, que les ressources du corps humain lui-même y sont un facteur clef de transformation. Il met en évidence que l’organisme humain est conçu non seulement pour vivre et endurer des expériences traumatiques mais aussi pour s’en remettre.


Bessel Van der Kolk (2), Pat Odgen (3) et Peter Levine (4) (parmi d’autres) ont donné à ce courant des références majeures. Au moment où David Berceli, traumatologue international depuis 20 ans, réalisait sa méthode, d’autres formes de traitement de trauma à base somatique avaient vu le jour, comme la « Somatic Experiencing » de Peter Levine ou l’EMDR de Francine Shapiro, et donnaient consistance et corps à cette nécessité de s’intéresser au rôle du corps dans le trauma.


Dans ce paysage relativement récent et en plein développement, la méthode TRE® apporte cependant des réponses tout à fait nouvelles et percutantes, tant au niveau de la compréhension des mécanismes corporels impliqués dans le trauma qu’au niveau des outils pour le traitement. En effet, grâce à son expertise de thérapeute psychocorporel (analyse bioénergétique), David Berceli s’intéresse à l’implication de la musculature dans la réaction de protection lors du trauma et à l’importance de celle-ci pour réduire l’impact du trauma sur l’organisme.


Il met en lumière deux mécanismes corporels impliqués dans le trauma : la réaction réflexe de protection dans la position fœtale et le mécanisme de relâchement de la chaine musculaire incluant les psoas : les tremblements.

La réaction autonome de protection


Pour venir en aide à des populations, en tant que traumatologue, David Berceli fait de longs et dangereux séjours dans des régions en crise et en guerre (Liban, Soudan, Kenya, Ouganda, Yemen, Israël/Palestine), vivant dans des villages et subissant avec les villageois des attaques, des violences et des bombardements. C’est à ces occasions qu’il remarque et saisit l’importance de cette réponse au danger qui consiste à se mettre en position fœtale. Il s’avère que cette réponse est universelle dans le genre humain. Elle est commandée par le système nerveux autonome pour protéger les organes vitaux et donner un sentiment de sécurité en cas de danger. Cette réaction est instinctive et commune à tous les mammifères. Elle protège les parties vulnérables du corps, celles qu’un prédateur risquerait le plus d’attaquer.



Elle est le résultat d’une réaction musculaire en chaine dont les muscles psoas sont l’épicentre. Elle implique la musculature profonde (c’est-à-dire celle qui est près du squelette) et elle va de la tête aux pieds. Avec son regard d’analyste bioénergéticien, David Berceli se rend compte qu’une activation répétitive de cette réaction musculaire augmente fortement le niveau de tension des muscles de la chaîne et il sait que, si cette tension n’est pas évacuée, il en résultera un état de crispation chronique. Il a observé ces phénomènes notamment sur lui-même lorsqu’après son séjour au Liban, il est revenu chez lui dans un état de stress post-traumatique aigu.

Il présuma aussi que relâcher ces muscles spécifiques aurait un effet très bénéfique pour se libérer de l’impact pathogène du trauma. Il se mit à explorer des exercices spécifiques pour relâcher ces muscles. En effet, comme la réaction musculaire en chaine est commandée par le système nerveux autonome, les exercices habituels ne suffisaient pas. Il développa une série, centrée sur les jambes et le bassin, qui produisait des tremblements. Ces tremblements se sont révélés très bienfaisants. Il s’avère que l’activation de la chaîne des psoas et son état de crispation chronique peuvent être le résultat de stress plus ou moins intense ou chroniques et pas seulement de traumas.

La réaction autonome de relâchement : les tremblements

La seconde réalisation fondamentale de David Berceli est d’avoir compris que la réponse involontaire de trembler est un mécanisme corporel qui, en libérant les tensions chroniques affectant la chaine musculaire des psoas, inverse les réponses défensives involontaires du système nerveux autonome résultant de trauma ou de stress. David Berceli fait cette découverte par étapes. D’abord, lors de séjours dans des pays en guerre, il s’est retrouvé souvent dans des caves pour se protéger de bombardements avec les habitants d’un village.

C’est là qu’il remarqua comment, de façon systématique, des personnes tremblaient, pendant et après les bombardements. Il voyait surtout les enfants trembler de tout leur corps. Il comprit en interrogeant les adultes que si ceux-ci tremblaient moins, c’est parce qu’ils se retenaient pour ne pas effrayer les enfants. Ensuite, il s’intéressa à la recherche dont fait état Peter Levine dans son livre « Réveiller le Tigre », basée sur l’observation d’animaux traumatisés. Cette recherche montre que les animaux tremblant après un trauma ont plus de chances de survie.


David Berceli arriva à la conclusion que la réaction de trembler est une réaction du système nerveux autonome que partagent tous les mammifères et qui a pour effet l’autorégulation et la réduction du niveau d’activation du système nerveux après un stress intense et/ou un trauma. Il en conclut que ce mécanisme de trembler fait partie des moyens génétiquement encodés destinés à revenir à la normale et à la sécurité. Les tremblements servent à décharger la tension musculaire additionnelle qui a été nécessaire pour produire l’énergie nécessaire pendant l’épisode traumatique. Aussi, ils évacuent les substances chimiques accumulées dans les muscles.

David Berceli a mis en évidence que cette réponse de tremblement réduit l’impact du stress et des traumas au plus profond du corps (en particulier au fond du ventre au niveau des muscles psoas) et réduit les effets pathogènes du stress et des traumas. Plusieurs recherches prouvent cet effet de la méthode.



Violaine De Clerck


1) David Berceli : La Méthode T.R.E. pour se remettre d’un stress extrême, Thierry Souccar Éditions, 2014.

2) Bessel Van der Kolk, The body keeps the score : Memory and the evolving psychobiology of post-traumatic stress, Harvard review of Psychiatry, 1994.

3) Pat Odgen, Kekuni Minton & Clare Pain, Le trauma et le corps : Une approche sensori-motrice de la psychothérapie, Éditions De Boeck, 2015.

4) Peter A. Levine, Réveiller le tigre, Guérir le traumatisme, Éditions Socrate Promarex, 2004.

15 vues